Tous les articles par administrateur

Cathos en fête à Ste-Marie avec Mgr Delannoy

Dimanche 2 juin, en la fête du Corps et du sang du Christ, les catholiques de Colmar se sont réunis à Ste-Marie autour de Mgr Pascal Delannoy pour fêter Dieu et partager leur joie de croire, Notre nouvel archevêque a tenu à être présent tout au long de cette journée qui a débuté par la messe solennelle de la Fête-Dieu. Il a ensuite pris le temps de rencontrer les paroissiens, faisant le tour des quelque vingt stands qui présentaient les diverses initiatives des groupes et mouvements locaux. Des « ateliers de prière » étaient également proposés ainsi que la possibilité de rester dans l’église auprès du Saint-Sacrement exposé jusqu’à l’office des Vêpres, qui a clôturé cette belle rencontre.

Voir plus d’image

Jésus consubstantiel au Père

Depuis l’Avent 2021, la traduction française du Credo, dans la version du Symbole de Nicée Constantinople, a remplacé le terme « de même nature que », par « consubstantiel à » en parlant de la relation entre le Père et le Fils. Le temps pascal tout proche est le moment privilégié pour clarifier les fondements de notre foi en Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit.

Dans le Missel qu’un adolescent recevait autrefois en cadeau de son parrain ou de sa marraine, le jour de sa Communion Solennelle (l’actuelle Fête de la Foi), on pouvait lire le Credo en latin, avec la traduction, à côté. En voici un extrait : «  Credo in unum Deum, Patrem…et in unum Dominum Jesum Christum…genitum, non factum, consubstantialem Patri : Je crois en un seul Dieu, le Père…et  en un seul Seigneur,  Jésus- Christ, engendré, non pas créé, consubstantiel au Père…

Ce mot «  consubstantiel », qui signifie « de même substance que »,  a été utilisé la première fois, en l’an 325, au Concile de Nicée, par les Evêques  pour contrecarrer l’affirmation d’un prêtre , nommé Arius, qui prétendait que seul le Père était Dieu et que le Christ n’était que « la première des créatures ».  En 1969, après le Concile Vatican II, on a considéré que le terme  était trop savant et on l’a remplacé par l’expression «  de même nature que », expression récitée dans le  Je crois en Dieu de nos messes, jusqu’en novembre 2021. Et voici que pour l’entrée en Avent dernier, les théologiens ont remis dans nos Missels le terme consubstantiel.

La « substance » désigne d’abord ce qui est en soi et qui subsiste en permanence. Ainsi le caractère divin de Jésus est clairement affirmé. Dans un article de l’hebdomadaire  le Pèlerin daté du 27 janvier 2022, le Père Assomptionniste, Sébastien Antoni, justifie cette rectification : « Dire que le Fils est «  de même nature que le Père » ne caractérise pas suffisamment l’unité divine qu’ils partagent ». Quant au mot « nature » le Catéchisme de l’Eglise catholique précise : « Par l’Incarnation, le Fils de Dieu a assumé une nature humaine pour accomplir en elle notre salut  (CEC §461) ». Ainsi « Jésus-Christ possède deux natures, la divine et l’humaine, non confondues, mais unies dans l’unique Personne du Fils de Dieu (CEC §481)»  Cet article du Credo affirme donc, sans équivoque, que Jésus est pleinement Dieu, comme son Père.

Pèlerinages au Mont Sainte Odile

Depuis près d’un siècle les fidèles des différentes paroisses d’Alsace se relaient, jour et nuit, au Mont Sainte-Odile pour une adoration perpétuelle devant le Saint-Sacrement. Chaque semaine un groupe local d’une trentaine de volontaires vient prendre le relais au nom de tous. Du lundi 10 au lundi 17 juin 2024, ce sera le tour du groupe de Colmar. Et le mercredi 12 juin les colmariens sont invités à rejoindre le groupe des adorateurs pour prier avec eux et manifester leur soutien, l’espace d’une journée de pèlerinage.

Plusieurs appels en ce sens :

  • Vous trouverez ici, le formulaire d’inscription pour le pèlerinage du mercredi 12 juin. (Départ en bus de Colmar à 8h30, retour vers 18h, prix 40 € (repas compris) ou 15 € (prévoir pique-nique ou self sur place)
  • Si vous vous sentez concernés par cette démarche d’adoration pour la semaine entière ou encore quelques jours, le groupe des adorateurs de Colmar vous invite à le contacter pour plus d’informations (Charlotte Maitre charlotte_maitre@orange.fr Tél : 03 89 41 22 35 / Jean-Marie Deparis jean-marie.deparis@wanadoo.fr Tél : 09 71 06 40 75)

Par ailleurs, pour les jeunes et les plus sportifs, un pèlerinage diocésain en VTT de Pfafenheim au Mont-Saint-Odile est proposé du 19 au 23 août 2024. Inscriptions dès à présent. (Contact : Mireille Hurst Tél : 06 35 95 08 44)

Forum des religions à Colmar

Samedi 23 mai de 19h à 22h, aura lieu la deuxième édition colmarienne du Forum des religions, sous l’égide de la Collectivité Européenne d’Alsace (CEA). Quatre confessions religieuses y participeront en ouvrant les portes de leurs lieux de culte. Du côté catholique, une visite guidée de l’église st-Paul sera proposée. Parallèlement, une démarche analogue aura st-Mathieu (protestants), à la synagogue (Juifs) et à la grande mosquée avenue de Paris (musulmans)

Hommage à Sœur Francine HEINIS

Au moment où nous nous apprêtons à vous livrer notre bulletin paroissial, nous apprenons le départ de Sœur Francine vers le Père. Elle ferme les yeux sur terre pour les ouvrir dans la maison du Père. Il était donc évident de lui consacrer cette page éditoriale afin de lui rendre hommage pour sa présence parmi nous.

Sœur Francine est née le 31 décembre 1949 à Pfetterhouse dans le Haut-Rhin. Francine a prononcé ses vœux de religieuse dans la congrégation des sœurs de la Divine Providence de Ribeauvillé, le 16 décembre 1973. Elle a consacré son talent et son savoir-faire à l’éducation et à l’enseignement des enfants. Elle a enseigné à Brumath, s’est occupée des enfants sourds-muets de Brazzaville, a également été enseignante à l’Institution Sainte-Jeanne d’Arc, et à Masevaux. Dans sa congrégation, elle a assumé avec responsabilité et dynamisme le poste de secrétaire, de conseillère générale, de secrétaire à la chancellerie de la Nonciature apostolique à Paris et de déléguée de la congrégation à la commission Foi et Justice. Sœur Francine a su créer des liens et a pu porter avec les autres l’annonce de l’Evangile dans un esprit d’ouverture et d’universalité. A l’occasion de son jubilé de 50 ans de vie religieuse, célébré à ste-Marie, le 30 avril 2023, elle parlait elle-même de sa vocation :

« Comme la plupart des jeunes, moi aussi je cherchais un sens à ma vie, je cherchais un trésor. En même temps, j’ai été touchée par des paroles bibliques : Dieu me tend la main et il ne cesse de me suivre, de m’accompagner pour me faire du bien. C’est ainsi que j’ai reconnu la voix de Dieu, du bon berger qui me rendra heureuse. Mon désir de bonheur avec quelqu’un qui m’aime, qui me connaît par mon nom m’habitait. Il ne m’a pas rendue parfaite, bien que maman eût voulu une fille parfaite ! Ma famille le sait bien et j’ai toujours mes qualités et mes défauts. Avec Dieu qui m’appelle constamment à une transformation pour lui et pour les autres, je fais des efforts. Dans la vie religieuse, par le cœur, ce lien radical avec Dieu me met dans la vraie liberté. La prière, la vie en communauté, les engagements, les missions… c’est ma vie donnée à Jésus qui en est la porte : en passant par lui, j’ai pu aller et venir librement sans me couler dans un moule. Avec ce jubilé de 50 ans, par la relecture de ma vie, notamment depuis la maladie, je peux relever un fil conducteur dans les joies et les épreuves. Je peux vérifier que le Christ est là pour me donner la vie ».

Tu t’en vas, Sœur Francine, heureuse d’avoir vécu pleinement ta vie et ta mission comme le Seigneur te l’a donnée. En 75 ans, tu as presque tout fait. Nous aurions envie de te garder encore, et pourtant nous savons que Dieu t’attend aussi et fera mûrir les semences déposées en terre, les projets encore en devenir et les amitiés qui commençaient à fleurir. J’aimerais te laisser conclure cette page dans l’espérance…comme tu me l’as confié… « À vous tous, particulièrement aux jeunes qui cherchent leur chemin, je souhaite de trouver la route qui rend heureux et qui comble votre vie. »

Merci Francine !

Robert Abelava, curé (Editorial du Bulletin N°179 Ensemble en Chemin Pentecôte 2024)

25 mai : fête du jeu et de l’amitié à Ste-Marie

L’association d’éducation populaire Sainte-Marie (AEP) a le plaisir de vous inviter à la fête du jeu et de l’amitié le samedi 25 mai de 14h à 21h autour de l’église. Un goûter sera offert aux enfants à 16h. La fête se poursuivra avec la présentation des activités de l’association. Buvette, tartes flambées et pâtisseries seront proposées tout au long de l’après-midi, ainsi qu’une tombola avec de nombreux lots à gagner. Le lendemain 26 mai, la paroisse Ste-Marie célèbrera la Reine de la Paix à l’occasion de sa fête patronale. Nathalie Weiss présidente de l ’ AEP Ste-Marie (07 64 31 85 26)

Le dimanche 9 juin 2024, c’est la 56ème Kermesse à St Paul !

Nous vous invitons avec joie à participer à cette grande fête annuelle. Dès 10h, la brocante, la tombola et la pâtisserie accueilleront les plus matinaux.

Après la messe de 10h30 et le temps de l’apéritif, vous pourrez déguster des spécialités d’Ici et d’Ailleurs : plats indiens ou vietnamiens, tartes flambées, saucisses, couscous. C’est une occasion de venir en famille, de retrouver des amis, dans une ambiance chaleureuse.

Vers 14h et tout le long de l’après-midi des groupes de musique, de chants et de danses agrémenteront ce temps festif : les Claviers de Colmar, le groupe de danses folkloriques alsaciennes « Les Joyeux Vignerons », le groupe musical « Les ROLLS », des danses et des jeux. Durant toute l’après-midi, vous pourrez profiter des différents stands : buvette, pâtisserie, crêpes et gaufres, tombola et brocante, jeux pour les enfants.

Vers 18h, le tirage de la grande tombola fera connaître les heureux gagnants de bons d’achat, d’un repas gastronomique pour deux personnes, un set deux plats à gratin Staub, une crêpière ou encore des tableaux réalisés par un artiste du quartier. Un tirage spécial sera réservé aux participants de la tombola qui seront présents à 18h sur la place.

Merci d’avance à toutes les personnes qui viendront participer à ce temps de convivialité, une tradition bien agréable dans notre quartier !

Monique et Jean-Marie Simon

Rencontre des partenaires du CCFD-Terre Solidaire venus d’Asie

Lors d’une soirée qui a eu lieu au Foyer St-Paul, le 12 avril, l’équipe locale du CCFD-Terre Solidaire de Colmar a pu créer une rencontre enrichissante entre deux jeunes de l’association partenaire KSI du TIMOR Leste et une quarantaine de participants curieux de connaître les projets de développement durable mis en œuvre dans ce pays bien mal connu, entre l’Indonésie et l’Australie.

KSI est une organisation fondée en 2000 à la fin de l’occupation indonésienne. Depuis, elle œuvre pour la résolution non violente des conflits et la promotion de la transformation sociale : elle a fondé un Institut d’éducation populaire, s’engage en faveurs de coopératives et milite pour les droits des producteurs locaux. Ces objectifs bénéficient du soutien du CCFD-Terre Solidaire

Malgré les temps de traduction nécessaire, Léo et Flavio, enthousiastes, ont su créer un climat d’échange fraternel en présentant leur jeune pays où les habitants, agriculteurs en majorité,  doivent se montrer capables de revendiquer leur droit à la terre, de mettre en œuvre une « agroécologie paysanne et solidaire » dans le souci d’un avenir responsable, mais aussi de mettre en valeur leurs traditions et richesses ancestrales.

Au terme de cinq jours dans le Haut-Rhin où ils ont rencontré des acteurs locaux de l’agroécologie, ils ont dit leur admiration de voir un bénévolat actif et passionné.

La venue en France de tels partenaires est l’occasion d’échanges et d’enrichissement réciproque.

Jean-Marie et Monique SIMON

L’Afrique, Terre nourricière et Berceau de l’humanité

Le premier mai dernier, au foyer Ste-Marie, notre curé a proposé une conférence sur la richesse et la diversité du continent africain. Habitué des enseignements spirituels, le P. Robert a brossé, cette fois-ci, un rapide tableau culturel de l’Afrique : « Terre nourricière et berceau de l’humanité ». C’est là, en effet, qu’a commencé l’histoire de nos lointains ancêtres. Ainsi, chaque homme peut dire que ses racines sont issues de cette partie du monde, que l’on appelle également Alkebulan, ce qui signifie « Jardin d’Eden ». L’Afrique est une terre nourricière par la diversité des produits de son sol, mais aussi par la richesse des ressources minérales du sous-sol, ce qui ne manque pas d’attirer la convoitise des puissances étrangères. Elle est un continent jeune (la moyenne d’âge globale ne dépasse pas 20 ans !). Elle sait aussi reconnaître la sagesse des anciens et accorde une grande importance à la solidarité familiale. Son Église, également jeune (moins de deux siècles d’évangélisation), manifeste son sens inné de la joie, qui se traduit notamment par de longues célébrations festives.

La conférence a rassemblé aussi bien « Africains » que « non Africains ». Les prêtres africains étaient particulièrement bien représentés et les participants leur ont exprimé leur gratitude en soulignant que, sans eux, les paroisses de Colmar seraient bien démunies aujourd’hui.

Paul Meyer